Publié le 18/01/2022 par Mairie de Villiers-le-Bel

Ce mois-ci, le service Petite enfance lance deux projets innovants : une garderie éphémère, deux matinées par semaine, et un réseau d’assistantes maternelles “privées”. Deux dispositifs qui s’inscrivent dans une mission méconnue du service Petite enfance : aider à l’insertion des parents. Interview de Térésa Everard, adjointe au maire déléguée à la petite-enfance.

La Ville a répondu à un Appel à manifestation d’intérêt (AMI) de l’État “Accueil pour tous” en proposant l’implantation d’une garderie éphémèreet la création d’un réseau d’assistantes maternelles. Deux initiatives qui s’adressent à un public en situation d’insertion.
Pourquoi ?

Térésa Everard : Notre objectif, en ce qui concerne la petite enfance, est d’essayer de faire au mieux pour accueillir tous les enfants.
Parce que toutes les familles, quelle que soit leur situation, ont besoin que leurs enfants s’éveillent, aient accès à la culture et aux activités. Toutes les familles, y compris celles dont les parents ne travaillent pas. Mais nous sommes limités par le nombre de nos places en crèche, en halte jeux ou à l’accueil familial : la liste d’attente est grande et nous ne pouvons accueillir tout le monde, même après la création de nouvelles places, comme à la crèche Raymonde-Le-Texier ou à la halte-jeux Agnès-Desfosses. Répondre à cet AMI, c’est donc une façon de renforcer l’offre d’accueil pour les familles.
De plus, à Villiers, la crise du Covid a augmenté la précarité d’un certain nombre de familles beauvillésoises. A travers ce partenariat noué avec le CCAS, on a eu à coeur d’y répondre. Ce projet de garderie éphémère et ce réseau d’assistantes maternelles privées permettent aux parents de se libérer un peu, d’entamer une démarche d’insertion professionnelle, de trouver un travail ou une formation sans stresser pour l’accueil de leur tout-petit. Nous savons que tout cela répond à un vrai besoin. Les enjeux de solidarité et de réussite pour tous sont au coeur du projet de la mandature de la nouvelle équipe municipale, ainsi que garantir un même accès pour tous à la culture, à un cadre de vie sécurisant, à la santé, et ce dès le plus jeune âge.

Ces deux initiatives ont-elles vocation à devenir pérennes ?

Térésa Everard : Pour le moment, la convention pluriannuelle adoptée à l’unanimité lors du Conseil Municipal du 19 novembre 2021, est prévue pour les années 2021-2022. Il faut savoir que ces deux projets, subventionnés par l’État et la CAF, sont les seuls du Val d’Oise à avoir été acceptés, sur 21 dossiers.
Notamment parce que, dès le début, le service Petite enfance et le CCAS ont travaillé main dans la main, au plus près des besoins des Beauvillésois.
Si ces projets fonctionnent, ils pourraient être mis en place ailleurs en France. En effet, cette démarche, pour les territoires sélectionnés, a un rôle “démonstrateur” à l’échelle nationale.

Tout cela s’inscrit dans un rôle méconnu du service Petite enfance : aider à l’insertion professionnelle. Un rôle qui se prolonge par la formation des professionnels du secteur.

Térésa Everard : Exactement. Nous avons mis en place, en partenariat avec le CCAS et l’Agence régionale de santé (ARS), des actions de formation. Nous avons travaillé notamment autour du sommeil, de l’alimentation… Avant le Covid, ces actions étaient même proposées aux parents par petit groupe.
Nous espérons pouvoir leur re-proposer en 2022. Cela dépendra de la situation sanitaire. Mais tout cela a été acquis par les professionnels du secteur, et ce sont eux qui, aujourd’hui, transmettent les bons réfl exes aux familles. Comme par exemple, coucher et lever l’enfant toujours à la même heure, éviter les clichés sexistes et laisser l’enfant jouer avec le jouet qu’il souhaite, même s’il n’est pas “de son genre”… Tout ça est transmis au jour le jour aux parents et c’est le rôle du service Petite enfance !

Pour aller plus loin :

Infos pratiques

Thématiques

Petite-enfance
Retour aux actus
© Mairie de Villiers-le-Bel |  Mentions légales |  Politique Cookies |  Paramétrage des cookies |  Accessibilité
Retour en haut de page