Nicolas, 11 ans, et déjà acteur

Dans le court-métrage “Sceptre”

Nicolas, un jeune Beauvillésois de 11 ans, a été repéré à la sortie du collège Martin Luther-King par un réalisateur, Rouben Manika. Il est aujourd’hui à l’affiche d’un court-métrage, “Sceptre”, qui sera projeté le 28 novembre, à Goussainville.

C’est sa tête de faux petit ange qui l’a séduit. Quand Rouben Manika, un jeune réalisateur originaire de Goussainville, repère Nicolas, 11 ans, celui-ci rentre… d’un entraînement de football au collège Martin-Luther-King. Un collège que le réalisateur connaît bien, puisqu’il y anime des ateliers régulièrement. Ce jour-là, il réalise un court-métrage avec des élèves, sur les jeux dangereux.

portraitnicolas-1

Mais il garde en tête son projet du moment : “Sceptre”, un court-métrage sur lequel il travaille depuis plusieurs mois. L’histoire : Stan, 24 ans, décide de raccrocher la criminalité pour se rapprocher de sa mère et de son petit frère. Nicolas joue Dylan, un ami du petit-frère, qui va bouleverser la vie de Stan. Au casting de ce court-métrage également, Loris Freeman (Eddy Vallorta dans Demain nous appartient sur TF1).
«J’avais déjà auditionné un gamin pour ce rôle, il avait même déjà répété, se souvient Rouben. Mais quand j’ai vu Nicolas, j’ai vu immédiatement le Dylan que j’avais en tête.»

portraitnicolas-2

S’il joue face à des professionnels ou semi-professionnels, Nicolas reste pour autant un complet amateur. «J’ai répété trois fois avant le tournage. Ensuite, j’ai appris mon texte au fur et à mesure et j’ai improvisé», se rappelle l’adolescent. «Quand on le voit, il crève l’écran. Il a de suite été juste dans le rôle», renchérit le cinéaste, ravi de sa trouvaille.
Et si vous voulez le constater par vous même, “Sceptre” sera projeté en avant-première le 28 novembre, à l’espace Sarah Bernard de Goussainville, à 18 h 45 et 20 h. L’argent récolté lors de cette avant-première permettra d’inscrire “Sceptre” aux différents festivals de courts-métrages à l’international.

portraitnicolas-3