La nouvelle Cerisaie inaugurée

Le samedi 6 octobre

Une inauguration symbolique : samedi 6 octobre, le maire, Jean-Louis Marsac, le vice-président du Conseil régional d’Ile-de-France, Geoffroy Didier, le sous-préfet de Sarcelles, Denis Dobo-Schœnenberg ont inauguré la nouvelle Cerisaie. Nouvelle car entièrement rénovée, et dotée d’espaces publics ouverts à tous, comme le square des Clématites.

Une belle façade blanche, qui tranche avec la façade bleue sale d’il y a encore quelques mois. Depuis un an, les deux copropriétés, les Acacias, boulevard Salvador-Allende, et les Bleuets, allée des Bleuets, sont en travaux. Ravalement de façade, isolation par l’extérieur, renouvellement des huisseries et des VMC, pose de bornes d’apport volontaire, résidentialisation des parkings… Des travaux colossaux, menés par divers partenaires : les deux copropriétés, bien sûr, mais aussi l’Etat, par le biais de l’Anru et de l’Anah, le Conseil régional, le Conseil départemental et la Ville, sous la direction du cabinet d’étude Soliha.

inauguration-2

Samedi 6 octobre, l’inauguration officielle de toutes ces rénovations a eu lieu, en présence des partenaires, mais aussi des habitants. Car c’est un travail de longue haleine qui se termine, comme l’a rappelé le Maire : «Le premier plan de sauvegarde concernant ce quartier a été lancé en 2004 par Didier Vaillant. Il faut se souvenir que, dans les années 1980-1990, la copropriété (aujourd’hui divisée en deux copropriétés distinctes, les Bleuets et les Acacias, ndlr) était en quasi-faillite. Il est arrivé à plusieurs reprises que la Ville soit obligée de payer les factures d’eau. Ce premier plan de sauvegarde, d’1,3 millions d’euros, a permis de rétablir les comptes et de faire des premiers travaux de mise en sécurité du bâti. Le deuxième plan de sauvegarde, dont ce sont les résultats concret que nous inaugurons aujourd’hui, de 6,7 millions d’euros, a changé le visage de ce quartier.»

inauguration-4

inauguration-7

Un quartier à l’histoire riche, comme le rappelle une exposition consacrée à l’histoire de la Cerisaie, visible samedi lors de l’inauguration. Où l’on découvre que le quartier a longtemps été entouré… de champs. Mais un quartier à l’architecture datée, qu’il a fallu modifier : créer des rues pour le désenclaver, mettre en place des espaces publics, comme le square des Clématites, car ils étaient inexistants. «On ne peut rien réussir si on n’est pas déterminé, a rappelé Jean-Louis Marsac. On a eu de la chance sur ce territoire, car tous les partenaires, l’Etat, la Région, le Département, les habitants également, se sont fortement mobilisés, et dans le temps, depuis plus de 15 ans.»

inauguration-3

Une mobilisation rappelée par Geoffroy Didier. «Lorsqu’il s’agit de la vie quotidienne des habitants, il faut savoir se démarquer des étiquettes politiques et faire preuve de persévérance. La rénovation urbaine sert à quelque chose. Je suis très fier que de l’argent public, le fruit des efforts de chacun, ait servi si concrètement. Lorsqu’on voit le nouveau visage de cet immeuble, la crèche, le futur IME, on se dit que, quand même, la puissance publique sert à quelque chose.»

inauguration-6


Les habitants étaient d’ailleurs nombreux à assister à cette inauguration. Attirés par les airs festifs de la fanfare Les Grooms, mais pas seulement. Comme l’explique Ouria, une habitante, «ces portraits d’habitants exposés (réalisés par l’artiste Damien Roudeau, qui a poursuivi un travail entamé en 2013 pour une exposition visible à la Cerisaie) ce ne sont pas juste des photos. Derrière cette façade, il y a des habitants et le fait que tout ait été rénové, ça nous permet de vivre dans de meilleures conditions. J’espère que les gens vont respecter tout ça. Et se respecter.»

inauguration-8

Une philosophie que l’association Jump entend faire sienne. La structure a participé activement à cette inauguration : les enfants ont distribué des cartes postales de portraits d’habitants et ont symboliquement conclu la cérémonie par un lâcher de ballons.

Un joli moment, symbole d’espoir, car la rénovation de la Cerisaie n’est pas terminée. Comme a conclu le sous-préfet Denis Dobo-Schœnenberg, «cette dynamique du renouvellement urbain va se prolonger désormais avec l’Anru 2. La ville a de grands projets. L’Etat vous accompagnera dans cette démarche. Reste une tâche importante à accomplir. Mais les réalisations inaugurées permettent d’augurer très favorablement du futur de Villiers-le-Bel.»

Toutes les photos de cette journée à retrouver ici !