Flor Do Lima, un nouveau printemps de la culture portugaise

Samedi 13 et dimanche 14 mai

Le groupe folklorique Flor Do Lima, créé par l’Association des parents et travailleurs portugais de Villiers-le-Bel, fêtait ce week-end ses 20 ans. L’occasion de se retrouver et de partager autour de la riche culture portugaise.

«Faire vivre la culture portugaise en France.» C’est l’objectif de l’Association des parents et travailleurs portugais de Villiers-le-Bel, et du groupe folklorique Flor Do Lima. Un objectif maintes fois répété par José Maceira, son président. Et un objectif largement réussi. Dimanche, ils étaient très nombreux (plus de 200 personnes) à s’être donné rendez-vous dans le local de l’association, rue Jules-Ferry, pour fêter ensemble les 20 ans du groupe folklorique.

portugais-5

portugais-7

Pour l’occasion, les costumes d’antan étaient de sortie. Chemise stricte, pantalon, veste noire et sabots pour les hommes. Jupe noire ornée d’un jupon brodé ou d’un tablier multicolore et foulard chamarré pour les femmes. Chaque détail a son importance : Rosa Maceira, adjointe au maire, mais aussi représentante française de la Fédération portugaise du folklore et conseillère sur la région de Ponte Da Barca, y a veillé.

portugais-2


portugais-1
«Habillée ainsi, je présente une femme qui se rend en ville. Mon châle est juste posé sur les cheveux, pour montrer que je suis fiancée. Si j’avais été célibataire, il aurait été attaché», explique Samantha Raposo. Avec son frère, David, la jeune femme est membre du groupe folklorique depuis plus de 10 ans. «On l’a rejoint à 13 et 9 ans. C’est très important pour nous, assurent-ils en chœur. Il ne faut pas perdre ce que les grands-parents et les parents nous ont appris, même si nous sommes la deuxième génération née en France !» Même son de cloche pour Cédric, Nelson et Yoan. Armés de leur bâton de berger, ils vont même jusqu’à parler de «passion».

Attachement

C’est toute la force du groupe folklorique. Avoir su attirer les anciens, mais aussi beaucoup de jeunes. Un engagement remarqué et souligné par le Consul général du Portugal, António Albuquerque Moniz, et le Président de l’Assemblée municipale de Ponte Da Barca, Paulo Jorge Peixoto Pimenta. Tous deux très émus de l’attachement visible de la diaspora portugaise à son pays d’origine. Un attachement symbolisé par les nombreux membres des groupes folkloriques : cinq d’entre eux étaient invités dimanche (Saint-Cyr-sur-Ecole, Soisy-Montmorency, Boulogne-Billancourt, Levallois-Perret et Le-Perreux-sur-Marne).

portugais-3

portugais-4

«Je suis si heureux de voir autant de gens qui font vivre l’esprit de la région de Ponte Da Barca, se réjouit Paulo Jorge Peixoto Pimenta. Cela me fait plaisir de voir la communauté portugaise être à la fois si intégrée en France, mais rester si unie autour de ses racines, spécifiquement ici, à Villiers-le-Bel.» Symbole de cette fierté, le président de l’assemblée municipale a remis à José Maceira le drapeau et une assiette en argent de la Ville de Ponte Da Barca, pour remercier le groupe du travail effectué en France.

portugais-9

portugais-6

portugais-8

Un travail salué par François Pupponi, député-maire de Sarcelles, et par Jean-Louis Marsac, le maire, accompagné pour l’occasion de nombreux élus du conseil municipal. La célébration a duré jusqu’à dimanche soir.

portugais-10

portugais-11

portugais-12