La grande fierté des petits auteurs de “Papa Coq”

Le 22 juin

Les deux classes de grande section de l’école Henri-Wallon ont réalisé, avec l’aide d’une réalisatrice et d’un illustrateur, un dessin animé de 3 minutes. Consécration pour les petits dessinateurs : le film sera projeté devant leurs parents le 22 juin.

Papa Coq a eu un petit poussin. Pas peu fier de sa progéniture, Papa Coq décide de lui présenter tous les animaux de la ferme. Ce qui permettra à Petit Poussin de mieux connaître leur cri. Et d’apprendre quel est le sien… Particularité de ce joli dessin-animé de 3 minutes : il a été entièrement réalisé par les deux classes de grande section de l’école maternelle Henri-Wallon.

dessinanime-1

dessinanime-2

«Ils ont réalisé tous les dessins, mais aussi les croquis préparatoires, ont fait les photos pour le stop-motion (une technique cinématographique qui consiste à prendre photo par photo un mouvement) et enregistré les voix», énumèrent Corinne Vallet et Laurent Mourigeau, les deux professeurs des écoles à l’origine du projet qui, par ailleurs, “pilotent” depuis des années “Chantécole” ou le Prix Chronos.

«Donner un sens aux images»

Depuis mars, les enfants travaillent avec Jean-Charles Sarrazin, l’illustrateur et auteur du livre “Papa Coq”, et Marie Thomas-Penette, réalisatrice. «On souhaitait réaliser un film d’animation pour leur permettre de donner du sens aux images. Ils sont tous spectateurs inactifs, “mangeurs d’images”, mais ne se rendent pas compte du travail qu’il y a derrière et de leur signification, poursuit Corinne Vallet. Là, ils ont travaillé avec Jean-Charles Sarrazin sur les expressions pour signifier les émotions, le dessin de face, de profil… Ils ont mis du sens dans ce qu’ils ont fait.» Du sens et des connaissances.

dessinanime-3

dessinanime-4

Le résultat est bluffant : les parents pourront d’ailleurs le constater par eux-mêmes le 22 juin, lors d’une projection au cinéma de Gonesse. Dès le lendemain, le court-métrage sera disponible ici.

dessinanime-5

dessinanime-7

Parallèlement, le projet a mobilisé bien plus que les enfants, puisque des bénévoles de l’Epicerie sociale ont prêté main forte aux jeunes dessinateurs. Et l’épopée de “Papa Coq” est retracée dans un making-off, réalisé par les jeunes de la Protection judiciaire de la jeunesse.