DK Bel : un séjour à la fois humanitaire et artistique

Du 17 au 31 juillet

25 jeunes Beauvillésois, membres de la compagnie DK Bel, vont s’envoler pour la Grèce, pour un séjour pas comme les autres. Ils travailleront là-bas avec de jeunes Grecs, mais aussi et surtout avec de jeunes réfugiés. “The Beaming project” (“le projet rayonnant”) a pour but de créer un réseau de partage entre les jeunes européens et les jeunes réfugiés, en leur permettant à tous de mieux se connaître.

L’art, comme créateur de lien social… de liens tout courts. Depuis des années, c’est le crédo de la compagnie de danse DK Bel. La compagnie se lance dans un nouveau projet. Du 17 au 31 juillet, l’association va permettre à 25 jeunes Beauvillésois, de 13 à 30 ans (la majorité a entre 20 et 25 ans), de vivre une expérience extraordinaire. Pendant 15 jours, ils vont partir en Grèce, pour aller à la rencontre de jeunes migrants, mineurs isolés. Un séjour à suivre sur le Facebook de la Ville à compter du 17 juillet.

Une partie du groupe qui s'envolera pour la Grèce fin juillet.Une partie du groupe qui s'envolera pour la Grèce fin juillet.

«Nous voulions créer un réseau, entre les jeunes réfugiés et les jeunes européens. Un réseau à la fois réel et virtuel. Mais pour avoir un contact, même uniquement virtuel, il faut d’abord qu’ils se connaissent. D’où ce séjour, explique Sophie Bulbulyan, chorégraphe de la compagnie DK Bel. On pourrait croire qu’une compagnie de danse n’a pas vocation à faire ça. Mais DK Bel transmet des valeurs positives, où qu’on aille. Il faut s’appuyer sur la force positive de nos quartiers, pour rayonner bien au delà. Et si ce n’est pas notre premier séjour à l’étranger, ce sera en revanche le premier avec une telle portée humanitaire.»

Un séjour pilote

Un séjour, dans le cadre du “Beaming project” (financé par Erasmus, la Fondation Hippocrène, les villes de Villiers-le-Bel et de Pantin et le centre ressource Via le Monde). Les jeunes Beauvillésois participeront, avec 11 adolescents de Pantin, à des activités artistiques (danse, chant, percussion, composition musicale, art plastique), avec une douzaine de jeunes Grecs, d’Athènes ou de la province de Xanthi, au nord, et 25 jeunes réfugiés. Tous sont hébergés dans trois centres, dont deux qui n’accueillent que des mineurs isolés.
«C’est un séjour “pilote”, un premier essai. Nous aimerions le renouveler l’année prochaine, avec d’autres jeunes européens, issus d’autres pays.» Dès la deuxième semaine, le groupe beauvillésois se scindera. Une partie restera à Athènes pour continuer les ateliers, une partie se rendra sur l’île de Chios. Cette île, qui vit du tourisme, accueille depuis plusieurs années des milliers de migrants, ce qui créé une tension certaines avec les habitants. Le séjour des jeunes Beauvillésois est autant pour rencontrer les jeunes migrants que les jeunes habitants de Chios.
«La valeur qu’on veut partager, c’est l’ouverture à tous. Avoir des yeux pour regarder l’autre, poursuit la chorégraphe. Nous voulons aider nos jeunes à être acteurs de notre société. La situation, là-bas, est catastrophique.»

Des échanges quotidiens

Pour ne pas laisser les adolescents et les jeunes adultes seuls face à ce qu’ils verront ou entendront, une réunion d’échange quotidienne est prévue, ainsi qu’une journée table ronde. Les jeunes pourront également prévoir des temps d’échange, en petits groupes.
Ce voyage nourrira la création artistique de DK Bel, puisque la compagnie va créer en septembre un spectacle intitulé “3000 et quelques”, référence aux plus de 3000 réfugiés décédés en mer méditerranée. La première devrait avoir lieu en juin ou juillet 2018.
De ce séjour résultera également un documentaire, puisque trois jeunes caméramans accompagneront le groupe. Un documentaire qui rappellera celui réalisé par les jeunes de Pantin, en 2015. Dans “Traces”, ils avaient raconté leur voyage, à la rencontre de migrants. Un beau film dont la bande-annonce est visible ici :