Publié le 21/12/2021 par Mairie de Villiers-le-Bel

Comme 2020, l’année 2021 a été marquée par une situation sanitaire exceptionnelle. Mais aussi par un début de retour “à une vie normale”. L’équipe municipale s’est donc concentrée sur la vie quotidienne des Beauvillésois, mais pas seulement : le Maire, Jean-Louis Marsac, et son équipe, ont mis en place toutes les conventions et contrats indispensables à la mise en œuvre du programme municipal.

La situation sanitaire, si elle a été moins complexe à vivre qu’en 2020, a quand même perturbé la vie quotidienne des Beauvillésois. Comment a-t-elle été prise en compte durant cette année 2021 ?

Jean-Louis Marsac : 2021 a été une année riche en décisions. Nous avons tous conscience que cette crise a durablement marqué la vie quotidienne de tous les Beauvillésois. D’abord directement, avec la question de la santé. Dans une ville qui a été aussi touchée que la nôtre par l’épidémie, on a de suite réagi. En ouvrant très rapidement un centre de dépistage gratuit, qui a accueilli plusieurs milliers de personnes avant sa fermeture en octobre dernier, mais aussi en nous portant volontaires, au plus tôt, pour ouvrir un centre de vaccination. Installé au gymnase Nelson-Mandela, il fait partie des 11 centres de vaccination du Val d’Oise et a permis à de nombreux Beauvillésois de se faire vacciner facilement, près de chez eux.
Dès le début de l’année, nous nous sommes aussi penchés sur le quotidien des plus fragiles : les plus précaires, les enfants, nos séniors. Avec des mesures très concrètes, comme la diminution de toute notre gamme de tarifs, depuis la cantine scolaire, dont le prix plancher est désormais à 1€, jusqu’au portage des repas pour les séniors, dont le prix a diminué de 30 à 40%.

La vie quotidienne, c’est aussi le cadre de vie. La Ville a lancé cette année une application pour smartphone. Mais celle-ci a-t-elle changé les choses ?

Jean-Louis Marsac : L’application n’est qu’un outil supplémentaire dans la lutte que nous menons pour la propreté de la Ville. Un outil de signalement pour assister les agents, mais c’est tout. On ne va pas se mentir : pour votre cadre de vie, des efforts colossaux sont entrepris, avec un budget conséquent mis en place, mais nous avons encore aujourd’hui du mal. On sait que nous avons beaucoup à faire, mais nous nous battons, au quotidien, avec les Beauvillésoises et Beauvillésois, pour que notre cadre de vie s’améliore.
C’est d’ailleurs ce qui se passe actuellement à Derrière-les-Murs et au Puits-la-Marlière, avec la réhabilitation de plus de 1 000 logements. Nous avons conscience que la phase de chantier est difficile à vivre pour beaucoup d’habitants. Il faut faire preuve d’un peu de patience, car le résultat en vaudra la peine en rendant ces logements beaucoup plus agréables et économes en énergie.

Le quotidien a donc été au cœur des attentions. Pour autant, la Ville n’a pas que “gardé la tête dans le guidon”…

Jean-Louis Marsac : Tout à fait. Après une année 2020 où tout avait été mis entre parenthèse, il nous fallait nous pencher sur l’avenir de la Ville. C’est ce que nous avons fait cette année : en signant, ces dernières semaines, avec tous nos partenaires d’importantes conventions, nous avons mis en place les fondations, sur lesquelles nous allons pouvoir mettre en oeuvre la suite de notre programme municipal. Des fondations essentielles, comme la Convention territoriale globale et le Projet social des Centres socioculturels, signés avec la Caisse d’Allocations familiales ou le Projet éducatif de territoire, avec l’Éducation nationale. Le Nouveau programme de rénovation urbaine sera signé au premier trimestre. La stratégie territoriale de sécurité et de prévention de la délinquance sera signée avec la Police nationale et la Justice en janvier prochain. De ces cinq documents va découler une bonne partie des politiques mises en place dans les mois et les années à venir. Et ils nous permettront d’aborder sereinement la préparation du budget 2022, dans les meilleures conditions possibles, en sachant nos propositions déjà financées. Ils sont essentiels à la bonne mise en œuvre du programme municipal, même si nous avons déjà anticipé sur ces signatures. Par exemple, la préparation formelle des opérations d’aménagement urbain a bien avancé, avec le lancement des études pour le gymnase Didier- Vaillant, au Puits-la-Marlière, ou de la nouvelle école Maurice-Bonnard, au Village. L’avenir de Villiers-le-Bel se dessine dès aujourd’hui…

L'année 2021 en chiffres :

  • 26 bourses “Bâtir son avenir” accordées à des jeunes beauvillésois. Jusqu’à 1 000 € pour financer ses  études, qu’on soit étudiant ou apprenti (lire également en page 11).
  • 11 878 tests (PCR ou salivaires pour les enfants) réalisés par le centre de dépistage éphémère installé à l’espace Marcel- Pagnol, jusqu’au 15 octobre. Plus de 16% de ces tests se sont révélés positifs. La Ville a depuis le début de l’automne concentré ses moyens dans le centre de vaccination.
  • 725 000 euros pour la propreté en 2021. Un budget sans cesse en hausse, et qui ne prend pas en compte les dépenses de personnel ! En tout, 10 tonnes de déchets sont ainsi collectées tous les jours dans les poubelles publiques, 1,5 tonnes déposées au pied de ces mêmes poubelles publiques et 18 à 20 tonnes de dépôts sauvages sont ôtées.
  • 5 nouvelles rues. Le conseil municipal du 14 décembre a voté la dénomination de 5 nouvelles rues, toutes au Puits-la-Marlière : la rue Simone-Veil, la rue Nikki-de-Saint- Phalle, la rue Hélène-Bertaux, la rue Louise-Bourgeois et la rue Germaine-Richier. Pour le moment, seule la rue Simone-Veil est achevée : elle remplace l’ex-chemin de Montmorency. À terme, elle permettra de créer un nouvel axe, pour relier l’Est et l’Ouest de la ville.

L'année 2021 en projets :

Infos pratiques

Thématiques

Mise en œuvre du programme municipal
Retour aux actus
© Mairie de Villiers-le-Bel |  Mentions légales |  Paramétrage des cookies |  Accessibilité
Retour en haut de page