Publié le 07/04/2020 par Mairie de Villiers-le-Bel

Face à la pénurie de matériel médical, les Beauvillésois ont peut-être aussi un rôle à jouer. Si vous possédez un minimum de matériel, vous pouvez vous aussi fabriquer des objets utiles aux soignants ou aux personnes en contact avec du public, et donc, potentiellement, des personnes atteintes du nouveau Coronavirus.
Le personnel soignant de l'hôpital de Gonesse lance d'ailleurs un appel à vos dons. Si vous avez possibilité de fabriquer d'un des objets ci-dessous, vous pouvez entrer en contact par mail, en cliquant ici, avec Sarah, une Beauvillésoise qui travaille à l'hôpital de Gonesse, et qui centralisera vos dons.

Le masque en tissu

S’ils ne remplacent en aucun cas les masques FFP2 utilisés par ceux qui sont au plus près des malades atteints du Covid-19, les masques en tissu peuvent servir de première protection, notamment pour le personnel médical moins exposé, le personnel médico-social, les auxiliaires de vie, le personnel travaillant en Ehpad ou plus largement, pour ceux qui travaillent au contact de la population (caissiers, vendeurs, agents publics, postiers, etc.). Ou même pour vous ou votre famille, pour les sorties à l'extérieur. A condition de les fabriquer selon les normes !
L'Association Française de Normalisation, l'Afnor, a mis en ligne gratuitement le référentiel pour faciliter et accélérer la fabrication en série ou artisanale de 2 modèles de masque (que l’on vous met en téléchargement ici !) :

  • le masque dit « 3 plis ».
  • et le masque dit “Bec de canard”.

Les deux patrons sont à télécharger en cliquant ici.  L'Afnor a également mis en ligne une Foire aux questions très complète, sur les matériaux à choisir ou leur entretien par exemple.

Besoin d’un support visuel ? Des dizaines de tutoriels de couturières sont à retrouver sur internet, et vous expliquent comment procéder pour les coudre, comme par exemple celui-ci pour le masque 3 plis ou celui-ci pour le masque bec de canard

Le CHU de Grenoble a aussi élaboré un autre modèle, dit cette fois-ci à couture sagittale (passant par le nez, la bouche et le menton). Attention, ce masque prévoit 3 couches de tissus, dont une couche centrale en molleton : il faut donc avoir ce type de matériel en réserve. Le patron est à retrouver en cliquant ici. Le pas à pas explicatif est retrouver en cliquant ici. Avantage : ce patron se décline en plusieurs tailles, homme, femme et adolescent, enfant de 7 à 12 ans et enfant de 3 à 6 ans. Inconvénient : l'Afnor a décidé de ne pas recommander ce type de masque, à cause des “fuites d'air” rendues possibles par les coutures centrales. Le mieux est donc de coudre chaque tissu à part et de ne pas superposer les coutures à la fin.

Pour être sûr(e) que votre masque est efficace, il doit passer un petit test très simple : placez un briquet devant votre bouche et soufflez. Si la flamme vacille ou s'éteint, malheureusement, votre masque est inefficace et ne doit pas être porté. Si la flamme ne bouge pas, votre masque remplit sa fonction !

En tout état de cause, ces masques, quel que soit leur type, ne doivent être portés que 3 ou 4 heures au maximum (car ils s’humidifient rapidement) et doivent donc être changés plusieurs fois dans la journée. Ils doivent être lavés après chaque utilisation. Le tissu devra également supporter un lavage à très haute température (60°C pendant au minimum 30 minutes). Une fois vos masques terminés, il existe un groupe Facebook qui regroupe les couturières et les couturiers amateurs et centralisent une partie des demandes. De votre côté, n’hésitez pas à vous rapprocher des infirmières, aides-soignantes, personnes à risques, personnels des Ehpad, professionnels recevant du public… de votre entourage pour le leur proposer. A vos machines !

 

Les blouses

Les blouses médicales sont aussi une protection contre le Covid-19 et malheureusement, elles viennent également à manquer. Un site propose de mettre en relation couturières et couturiers amateurs et structures médicales pour la fabrication de ces blouses : https://www.faisuneblouse.com. La structure recense également les modèles disponibles (à faire ici ou encore ici). Attention ces modèles sont là aussi à réaliser dans un tissu suffisamment solide pour supporter un lavage à 60°C. Le site recense également les demandes des équipes soignantes. Donc, là encore, à vos machines !

 

Les visières

L’initiative est partie de la communauté des “makers”, ces Français passionnés d’impression 3D. Grâce à leur imprimante 3D, ils ont réussi à fabriquer des visières, indispensables pour protéger le visage des équipes soignantes. Le modèle à réaliser, le Visor frame Europe ISO838 v3, a été validé par des CHU et des médecins. Il est à télécharger gratuitement ici et s’imprime en 30 minutes à 1h selon le modèle de votre imprimante 3D. A Villiers-le-Bel, le Mini-Lab de la Micro-Folie a commencé à en fabriquer sur l'une de ses machines (les deux autres sont malheureusement trop petites pour le réaliser, car leur plateau est plus petit qu'une feuille A4). 5 à 6 visières pourront ainsi sortir tous les jours du Mini-Lab dans les prochains jours.
Coup de revient du “serre-tête” (puisque c'est cette partie qui est imprimée) : environ 2 à 3 centimes. Ensuite, il faut ajouter la visière en plastique (idéalement du PVC transparent, utilisé par exemple comme couverture pour reliure ou feuille de plastique pour rétroprojecteur, et qui peut donc facilement se trouver en ligne ou dans une papèterie).
Une carte de France interactive à retrouver ici recense toutes les initiatives de makers à travers la France. Il existe un groupe facebook spécifique pour les “makers” solidaires du Val d’Oise. Vous pouvez aussi vous rapprocher des hôpitaux ou les dentistes proches de Villiers-le-Bel, pour connaître leurs besoins.

 

Le calot

Vous trouverez de nombreux tutoriels pour coudre des calots de bloc opératoire, pratiques pour protéger les cheveux. Un petit exemple facile à réaliser est à retrouver ici. Pour être franc, on n’a pas trouvé de demande spécifique concernant ce matériel, qui ne semble pour le moment pas être une demande prioritaire.

Le personnel soignant de l'hôpital de Gonesse lance d'ailleurs un appel à vos dons. Si vous avez possibilité de fabriquer d'un des objets ci-dessus, vous pouvez entrer en contact par mail, en cliquant ici, avec Sarah, une Beauvillésoise qui travaille à l'hôpital de Gonesse, et qui centralisera vos dons.


Le cas à part : le gel hydro-alcoolique

Certes, l’OMS a dévoilé la recette du gel hydro-alcoolique pour permettre de le fabriquer soi-même. Mais il est clair à la lecture de cette recette que concocter du gel nécessite de solides connaissances chimiques, ainsi que du matériel spécifique. Malgré la pénurie, on vous conseille donc de ne pas vous lancer dans cette fabrication hasardeuse, d’autant que de nombreuses entreprises ont aujourd’hui pris le relais. Ne prenez pas de risques !

Infos pratiques

Thématiques

A savoir Pratique
Retour aux actus
© Mairie de Villiers-le-Bel |  Mentions légales |  Paramétrage des cookies |  Accessibilité
Retour en haut de page