Publié le 27/11/2019 par Mairie de Villiers-le-Bel

Violences conjugales : un contrat pour lier tous les acteurs

Etat, Ville, Justice, Santé, Education nationale… Tous unis autour d’une seule cause : aider les victimes de violences conjugales et intrafamiliales. Lundi 25 novembre, à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination des violences à l’égard des femmes, était signé le Contrat de mobilisation et de coordination locale sur les violences conjugales et intrafamiliales, à la Maison Jacques-Brel. Une signature exceptionnelle. Pour la première fois, le Préfet du Département du Val-d’Oise, représenté par Sébastien Jallet, délégué à l’égalité des chances, le Maire de Villiers-le-Bel, Jean-Louis Marsac, la Présidente du Tribunal de grande instance de Pontoise, Gwénola Joly-Coz, le procureur de la République près du TGI de Pontoise, Eric Corbaux, la Directrice du centre hospitalier de Gonesse, Catherine Vercausant, et la Rectrice de l’Académie de Versailles, représenté par François-Sébastien Dermogon, Directeur académique adjoint des services de l’Education nationale, ont signé, ensemble, une convention qui lie tous leurs services.
Ce contrat s’articule autour de 4 enjeux, partagés par tous les acteurs :

  • la prise en charge des victimes : suivi des situations et partage d’informations ;
  • le renforcement et la diversification de l’hébergement d’urgence des victimes de violences ;
  • la réalisation d’un état des lieux sur l’accompagnement thérapeutique ;
  • le développement d’un programme d’actions pour l’égalité entre les filles et les garçons dès le plus jeune âge.

Concrètement, chaque service intervenant dispose désormais d’un ou plusieurs référents. Ces référents se réuniront régulièrement pour mettre en place des fiches actions spécifiques et surtout communiquer leurs informations, pour une prise en charge plus globale.
«Nous avons souhaité expérimenter avec l’Etat ce contrat local qui vise à mieux repérer, prévenir et lutter contre les violences conjugales et intrafamiliales, détaille Jean-Louis Marsac. Et cela, non en créant ou en superposant des dispositifs supplémentaires, mais en consolidant notre travail partenarial, en améliorant le maillage actuel et en levant les freins pour fluidifier la prise en charge sociale, médicale et judiciaire, en améliorant les capacités de mise à l’abri des victimes et en poursuivant notre travail sur l’éducation à l’égalité chez les plus jeunes.»
Une démarche unie jugée «nécessaire», par Sébastien Jallet, délégué à l’égalité des chances pour le Préfet du Val-d’Oise. «Je l’espère, elle montrera le chemin à d’autres collectivités, parce que nous sommes face à un phénomène de masse. Les chiffres sont saisissants, inadmissibles.» En France, une femme sur dix sera victime de violences conjugales au cours de sa vie. Une femme meurt tous les 2,5 jours sous les coups de son compagnon ou ex-compagnon.

 

Krav-maga : 47 Beauvillésoises découvrent l'auto-défense

«La devise du Krav-Maga, c’est “simplicité, rapidité, efficacité”. Ou “je marche tranquille”.» Voilà qui résume bien cette technique d’auto-défense, inventée par l’armée isréalienne, d’une redoutable efficacité. Les 47 femmes qui ont participé à une séance d’initiation, lundi 25 novembre, l’ont vite compris : organisée par la ville, à l’occasion de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes, et l’association Krav-maga Women Protect, cette séance a été l’occasion d’apprendre des techniques simples, mais efficaces pour se défendre contre un agresseur.
«Vous ne vous en rendez pas compte, mais vous avez sur vous des armes redoutables : vos coudes, vos genoux, vos bras, vos jambes, vos mains, vos dents !» C’est dit avec le sourire, mais Carole Ursella, Géraldine Schmit et Eric Iroquoi le prouvent rapidement en quelques exercices aux participantes : une clé de bras utilisée à bon escient, un coup de genou bien placé, et on ne parle plus d’agression. Comme le résume Eric Iroquoi aux 47 participantes, conquises : «Vous pouvez faire face, vous n’êtes pas démunies !»

 

Une délégation de Beauvillésoises et de Beauvillésois au départ de la manifestation du 23 novembre

En violet et motivés… ! Samedi 23 novembre, à midi, ils étaient une quinzaine de Beauvillésoises et de Beauvillésois à s’être retrouvés devant la gare de Villiers-le-Bel / Arnouville. Direction la manifestation organisée à l’appel du collectif #NousToutes contre les violences sexistes et sexuelles. Une manifestation qui a rassemblé 45000 personnes.

Et parmi elles, donc, des Beauvillésoises et des Beauvillésois rassemblés sous une banderole unique : “Villiers-le-bel s’engage auprès des femmes victimes de violences”.
Un engagement qui se poursuit cet après-midi, avec un atelier de Krav Maga, un art martial de self-défense, ouvert à toutes les femmes de plus de 15 ans, sur inscription.

Infos pratiques

Thématiques

Information municipale
Retour aux actus
© Mairie de Villiers-le-Bel |  Mentions légales |  Paramétrage des cookies |  Accessibilité
Retour en haut de page