11 novembre 2013 - Un 11 novembre sous le signe de l’Europe

Le 11 novembre 2013, Villiers-le-bel a commémoré le 95e anniversaire de la fin de la Première Guerre mondiale. Plus de 200 personnes, représentants des corps constitués, anciens combattants, élus et habitants se sont retrouvés devant le monument aux Morts.

Des élus du Conseil Municipal Jeunes participent à la commémorationDes élus du Conseil Municipal Jeunes participent à la commémoration

Beaucoup de jeunes (conseillers municipaux jeunes, enfants de l’association Ensemble pour le Développement Humain, jeunes sapeurs-pompiers) participaient à la cérémonie.

Le Conseil municipal beauvillésois avait aussi le plaisir d'accueillir pour l'occasion Antonio Vassalo Abreu, Maire de Ponte da Barca au Portugal.

Dans son allocution, Jean-louis MARSAC a rappelé que la commémoration de la fin de Grande Guerre était l’occasion pour chacun d’entre nous de regarder le chemin parcouru depuis un siècle en Europe.

« Les enfants européens nés il y a 100 ans, en 1913, ont dû survivre à deux guerres mondiales. Ceux qui ont moins de 70 ans vivent dans une Europe qui connaît une paix durable.

Je voudrais pour ma part, rapprocher la date du 29 juillet 1914, à laquelle la France est officiellement entrée en guerre et celle du 25 mai 2014, où se dérouleront les élections européennes.

Je suis très inquiet de la montée des partis nationalistes et xénophobes à travers l’Europe, y compris en France. Certes, la grave crise qui frappe le “vieux continent” suscite souffrances et inquiétudes. Mais sanctionner les gouvernements nationaux à l’occasion de ce scrutin me semble être une faute.

L’Europe n’est pas parfaite, loin s’en faut. Mais n’oublions pas que grâce à elle, on ne sacrifiera plus une génération dans des guerres de frontières. Prenons garde à ceux qui sont en fait les ennemis de l’Europe.

Il ne faut pas moins d’Europe, il faut plus d’Europe, pour prolonger le rêve de ses pères fondateurs, qui avaient eu à subir deux guerres mondiales qui avaient ravagé le continent. Il faut une Europe de la diplomatie, une Europe de la défense pour préserver l’unité pacifique qui la caractérise depuis 70 ans, une Europe sociale aussi pour éviter les sentiments d’injustice qui font se lever les peuples, une Europe de la culture enfin, pour en finir avec les stéréotypes xénophobes.

Alors oui, conserver intact le souvenir de la 1re Guerre mondiale, nous recueillir sur le sacrifice de millions d’Européens sur l’autel de la guerre, c’est prendre toute la mesure de la valeur de la paix que seuls entretiennent l’humanisme, l’amitié et la solidarité entre les peuples (…) L’Histoire permet de comprendre le présent et de choisir l’avenir. N’oublions pas notre Histoire dans les temps à venir. Ne prenons pas le risque de compromettre, ne serait-ce qu’un tout petit peu, l’avenir pacifique de nos enfants », a-t-il déclaré.

Au cours de la cérémonie, le Maire de Villiers-le-bel a également offert un nouveau drapeau à la section beauvillésoise de la FNACA.