Ressourcerie : c’était le dernier dépôt

La structure ne collectera plus les dépôts à partir du 17 février.

Le déménagement approche à très grand pas pour la Ressourcerie : la structure de collecte et de revente d’objets doit quitter “sa” maternelle Gérard-Philipe le 31 mars prochain. Direction : l’ancien bâtiment de la radiologie à l’hôpital Adelaïde-Hautval, où l’association est en train d’aménager ses nouveaux locaux.

Pour le moment, les cartons sont encore loin d’être faits. On a du mal à croire que tout sera vide le 31 mars prochain. Et pourtant : après un an et demi, la Ressourcerie va quitter l’ancienne maternelle Gérard-Philipe et son quartier des Carreaux. Non sans un pincement au cœur, mais sans remord : la structure (qui valorise des objets mis au rebut, tout en permettant à une 36 salariés en insertion d’être suivis, chaque année) va en effet rejoindre un nouveau local bien plus grand, l’ancien plateau médico-technique (qui abritait la radiologie, par exemple), situé dans l’hôpital Adelaïde-Hautval.

demenagementressourcerie-1

Mais, avant de déménager, il faut d’abord déstocker. Pour cela,

  • L’association va donc organiser des ventes exceptionnelles, à partir du 21 février, sur le mode un article acheté, un article offert (sur certains articles, comme les bibelots, les peluches, les jouets, etc.), jusqu’à épuisement des stocks. L’opération “10 livres à 1 euro” sera également renouvelée.
  • La Ressourcerie va également arrêter de collecter les objets, à partir du 17 février (les collectes à domicile ont pris fin le 31 janvier), quels que soient ces objets (vêtements compris donc !). Les habitants ne pourront plus rien déposer. L’association compte sur le civisme de tous : évitez de déposer vos objets “en dépôt sauvage”, devant le portail. Cela gênerait l’activité. Pour déposer vos objets mis au rebut, vous avez d’autres solutions.

demenagementressourcerie-4

Un nouveau local plus adapté

La Ressourcerie espère rouvrir ses portes, dans son nouveau local, au maximum en mai. En ce moment, les travaux vont bon train : un encadrant technique s’y consacre d’ailleurs à plein temps et supervise 3 personnes, en CDD d’insertion, aidés ponctuellement des jeunes des services de prévention spécialisée de l'association, encadrés par des éducateurs. Le déménagement en lui même sera effectué par l'équipe de la Ressourcerie et les jeunes, suivis par Imaj, dans le cadre d’un chantier participatif, durant les vacances scolaires.

20180209 111026

La structure occupera l’ancien bâtiment de la radiologie, situé derrière l’ancienne morgue. On y accède via le 22, rue du Champ-Bacon. «Nous aurons plus d’espace qu’actuellement. Seul l’espace de vente sera légèrement plus petit, mais il ne sera pas séparé en deux comme actuellement (une salle abrite les petits objets et les vêtements, une salle le mobilier, ndlr), assure Pamela Mouchiroud, encadrante technique de la Ressourcerie. Et chaque activité aura désormais son atelier à part : upcycling, réparation de vélos, réparation d’appareils électroménagers, peinture, couture… Chacun aura son espace de stockage également.» Un réel confort de travail pour la quinzaine de personnes qui travaille actuellement à la Ressourcerie (dont une dizaine de personnes en CDD d’insertion, chiffre qui pourrait passer à 18 d’ici la fin de l’année, avec l'ouverture d'une boutique sur la ville de Gonesse) et qui ont collecté, l’année dernière, plus de 108 t d’objets (90% ont été soit revendus, soit recyclés).
Le bâtiment accueillera d’ici la fin de l’année non seulement la Ressourcerie, mais aussi les autres activités d’Imaj : l’Espace dynamique d’insertion, l’auto-école associative et le service de Prévention.

Et maintenant… l’e-shop !

La Ressourcerie a conclu un partenariat avec une toute jeune start-up et est désormais présente sur la plateforme de vente en ligne vertuose qui regroupe uniquement des structures de l’économie sociale et solidaire. Pour le moment, la Ressourcerie y propose des vêtements. Mais devrait très prochainement y mettre en vente des meubles. «On va réfléchir à un système d’expédition (pour le moment, il faut récupérer ses achats à la Ressourcerie, ndlr). Cette plateforme va nous permettre de proposer, en ligne, des produits plus “haut de gamme” qui ne trouvent pas forcément preneurs, comme des meubles recyclés ou des antiquités.» Les salariés ont d’ailleurs relookés tout un ensemble de chaises. Des petites merveilles design qui seront proposées à 80 euros pièce…