Neige et verglas : Villiers-le-Bel s’y prépare aussi

En cas d’alerte

Depuis quelques jours, la Ville de Villiers-le-Bel a mis en place son plan de viabilité hivernale. Moyens humains et matériels permettent de mobiliser 24 h sur 24 des équipes, pour rendre les routes praticables en cas d’enneigement ou de verglas.

En cas de neige ou de verglas, vous pouvez comptez sur les agents des services Techniques. De décembre à fin mars, une astreinte technique de 4 agents est mobilisable, 24 h sur 24, 7 jours sur 7, sur l’ensemble de la ville, pour déneiger les 42 km de voies. Une équipe renforcée, pendant la période des fêtes de fin d’année, jusqu’au 15 janvier, par du personnel et du matériel d’astreinte supplémentaire, issus d’une société prestataire de la Commune et mobilisable sur demande.
En cas de très fortes précipitations ou de verglas important, l’ensemble des services Techniques est mobilisé. Dans ce cas chaque service, bâtiments, espaces verts et voirie-propreté, a un secteur de la ville à entretenir.

La dernière chute de neige importante remonte à l'hiver 2012-2013.La dernière chute de neige importante remonte à l'hiver 2012-2013.

Comment cela fonctionne-t-il ?

C’est simple, les axes sont divisés en 4 catégories :

  1. Les axes prioritaires : il s’agit des axes majeurs, notamment empruntés par les transports en commun ceux qui permettent de desservir l’ensemble de la ville, comme par exemple la rue Alexis-Varagne, l’avenue Pierre-Semard (de la place Victor-Hugo au rond-point de l’avenue de la Concorde) ou le boulevard Salvador-Allende, la rue de la République ou la Rue Gambetta. Ces rues-là sont déneigées en priorité, de façon à être en permanence praticables.
  2. Les axes secondaires, en priorité 2 : il s’agit des axes desservant certaines rues stratégiques, comme le boulevard Carnot, le boulevard Charles-de-Gaulle ou la partie de l’avenue Pierre-Semard desservant la gare. Ces axes-là sont salés régulièrement, de façon à rester praticables le maximum de temps.
  3. Lorsque les axes prioritaires et secondaires sont accessibles, les équipes s’attaquent alors aux “priorité 3”. Moins essentielles, ces rues permettent néanmoins de désengorger les voies prioritaires. Il s’agit par exemple de la rue Léon-Blum, de la rue de Goussainville ou de la rue du Pressoir, etc.

Les grands axes

Les routes départementales, dans et autour de Villiers-le-Bel, sont gérées par le conseil Départemental. Le Département mobilise 11 équipes de 31 agents d’astreinte, sur 11 circuits prédéfinis, sur l’ensemble du Val d’Oise. Chaque circuit est traité en 2 à 5 heures.
Sur notre territoire, la D10 (direction Bouqueval) la D370 (déviation direction Gonesse) et la D316 (la rue de Paris ou direction Sarcelles) relèvent donc de la compétence du Département. Elles sont classées par le département au niveau 2, c’est-à-dire qu’elles font l’objet d’une surveillance régulière et d’un passage de saleuse et de déneigeuse.

Quelques chiffres

  • Le dernier gros épisode neigeux a eu lieu… en 2012-2013.
  • Cette année-là, 58 tonnes de sel avaient été consommées.
  • La Ville compte 42 km de routes à traiter.

Pourquoi ne pas saler en préventif ?

Pourquoi ne pratique-t-on pas un salage préventif la veille d’une alerte grand froid ou d’une chute de neige ? En réalité, c’est possible, mais cela nécessite une grande surveillance des conditions météorologiques. Déposé trop tôt, le sel absorbe l’humidité de l’air et la liquéfie. Ce qui a pour conséquence de… diminuer la teneur en sel de la solution saline. Saler trop tôt ou au mauvais moment est donc complètement inutile, puisque la teneur en sel devient vite insuffisante pour empêcher la chaussée de glisser. Or, le sel de déneigement est une matière agressive pour l’environnement, en particulier pour la flore et les cours d’eau. Il dégrade aussi les revêtements de chaussée. Mieux vaut donc l’utiliser à bon escient.

Automobilistes, attention !

Les engins de salage et de déneigement, en action, sont prioritaires, au vu du code de la route. Il est donc recommandé aux automobilistes de faciliter au maximum leur intervention… et d’éviter de les doubler !


Et les trottoirs ?

Les riverains ont eux-aussi des obligations. Si la Ville se charge de déneiger le réseau routier, charge aux particuliers de déneiger les trottoirs devant chez eux. L'arrêté n°40 du 13 janvier 1970 stipule en effet que le nettoyage et le déneigement du trottoir sont à la charge du riverain. N’oubliez pas votre pelle à neige ou votre sable de déneigement !
Les services municipaux déneigent, quant à eux, là où la Ville est propriétaire : bâtiments communaux, écoles, parcs et jardins publics…