Les “Petites voix” comme les pros

Au conservatoire, du 13 au 17 février

Jusqu’au vendredi 17 février, les finalistes des auditions organisées par le conservatoire en octobre étaient en pleine répétition. Comme des professionnels, ils sont coachés sur le chant, mais aussi la mélodie, les chorégraphies ou la mise en scène. Avec, en ligne de mire, les deux concerts, prévus le 26 mars à l’espace Marcel-Pagnol et le 18 avril, à Sarcelles.

Une mini Star Academy. Avec, dans le rôle du château, le Conservatoire de Villiers-le-Bel, dans celui des profs charismatiques, Pascal Brun et son équipe, et dans celui des futurs stars de demain, les jeunes sélectionnés au cours des auditions des “Petites voix”. Toute la semaine, ils sont une dizaine à s’entraîner d’arrache-pied pour préparer les “Grands concerts des petites voix”. Ces concerts, en live, seront accompagnés par les musiciens du conservatoire, et auront lieu prochainement à Villiers-le-Bel et Sarcelles.

Pour le timide Roméo, difficile d'exprimer des sentiments en chantant : la coach vocale, Elsa Lendower, multiplie les exercices.Pour le timide Roméo, difficile d'exprimer des sentiments en chantant : la coach vocale, Elsa Lendower, multiplie les exercices..

Mais, avant de monter sur scène, il a fallu travailler. Si tous les adolescents sélectionnés ont en commun d’avoir une belle voix, ils sont parfois comme des diamants bruts : «Il faut les professionnaliser», sourit Pascal Brun. C’est dans ce but que cette semaine d’ateliers a lieu. En petit groupe ou en individuel, les futurs chanteurs travaillent leur voix, bien sûr, justesse et rythme, mais aussi la mise en scène, les chorégraphies, l’anglais et même sa tenue de scène.

«Préserver notre voix»

Un souci du détail qu’apprécie l’une des deux Beauvillésoises sélectionnées, Kimberley, 17 ans (sélectionnée avec Emma) : «On est réellement traité comme des professionnels. Il faut qu’on reste le plus calme possible et qu’on parle le moins possible pour préserver notre voix», explique l’adolescente, qui suit des cours de chant au conservatoire depuis 2 ans. «Le plus dur pour moi, c’est la mise en scène. Chanter, c’est bien. Mais faire partager aux autres ses sentiments, c’est autre chose. Et le faire en bougeant et en dansant, c’est très compliqué», poursuit-elle en souriant.

Kimberley est l'une des deux Beauvillésoises sélectionnées.Kimberley est l'une des deux Beauvillésoises sélectionnées.

Un problème que n’a pas Esther. On l’avait laissé en pleine audition, en octobre dernier. On la retrouve en artiste accomplie, esquissant un pas de danse sur une chanson de Zaz et s’amusant à créer du lien avec des musiciens imaginaires. «C’est bien, tu tiens le truc, s’enthousiasme Julie Tar, la chorégraphe. Mais on va retravailler ton entrée en scène.» Tous ont du travail à faire : chacun devra présenter 2 chansons individuelles, en plus de 5 morceaux interprétés collectivement.

Pour Esther, la mise en scène est une révélation.Pour Esther, la mise en scène est une révélation.

Il reste peu de temps aux apprentis artistes pour se préparer : le 26 mars prochain, ils monteront sur la scène de l’espace Marcel-Pagnol, à Villiers-le-Bel, et le 18 avril, salle André-Malraux à Sarcelles.