Les CM2 B de la Cerisaie font revivre le poilu Lucien

Ils ont remporté le 2e prix du concours départemental “Les Petits artistes de la mémoire”.

Depuis un an, les enfants de CM2 B de l’école la Cerisaie font revivre la mémoire de Lucien Beauguillot, l’un des poilus beauvillésois. Ils ont imaginé des lettres échangées entre le soldat et sa sœur. Un travail patrimonial qui a séduit le jury du concours départemental “Les Petits artistes de la mémoire”, qui leur a accordé le 2e prix.

Fatoumata, Fousseny, Mackenson, Paulat, Léa, Aleya et les autres enfants du CM2 B de l’école de la Cerisaie ont, l’espace d’une année, fait revivre la mémoire d’un homme. Lucien Beauguillot vivait, avec ses frères et sœurs, dans une ferme rue de la République, à Villiers-le-Bel. Entre 1914 et 1918, Lucien sera mobilisé et deviendra l’un des 7,9 millions de Français mobilisés pendant la première Guerre mondiale. Lucien fut le dernier Beauvillésois à mourir, en 1918, dans les tranchées. L’espace d’une année, les CM2 B l’ont fait revivre, ainsi que sa sœur, Marguerite, dans une correspondance qu’ils ont écrite eux-mêmes.

prixcerisaie-3

Des lettres qu’ils ont rassemblées dans un “obus”, conçu par leur soin. Cet objet mémoriel et artistique leur a permis de participer au concours départemental “Les Petits artistes de la mémoire” et d’obtenir le deuxième prix, lors d’une cérémonie à la Préfecture du département.

prixcerisaie-4

Voilà qui récompense un travail constant, sur une année complète. Lucien Beauguillot a véritablement existé, et les CM2 B ont travaillé sur la base de documents réels : témoignages et lettres de poilus, lettres des familles, etc. «A chaque étape du travail, nous avons réalisé des fiches sur le vocabulaire, les dates clés de la guerre, la vie dans les tranchées, la vie à l’arrière également, dans les familles, etc., explique leur institutrice, Camille Mellin. Derrière ce projet, il y a donc un gros travail de recherche.»

prixcerisaie-1

prixcerisaie-2

D’autant que tous les élèves ont tous participé, comme le raconte Jaweria : «On a travaillé en équipe. Chacun écrivait une lettre. Il y avait 6 lettres pour Marguerite, 7 pour Lucien.» «Ensuite, on a regroupé les lettres, on les a lues à voix haute et on a pris les bonnes idées dans chaque lettre», poursuit Aleyah. «Ensuite, on a écrit les lettres sur du papier (pour respecter la cohérence historique, au crayon de papier pour les lettres de Lucien, à la plume pour les lettres de Marguerite, ndlr), conclut Yassine. On a mis les lettres dans un obus, qu’on a fabriqué nous-mêmes.»

prixcerisaie-5

Une belle réalisation qui a séduit le jury, qui les a classés 2es. Même si les ambitieux CM2 B ont été un peu déçus. Comme le dit en souriant Polat, «On voulait la première place !».