Dépistage du Sida : les auto-tests assemblés à l’Esat de Villiers-le-Bel

Zone des Tissonvilliers

L’atelier de l’Association de défense et d’entraide des personnes handicapées (Adep) de Villiers-le-Bel, installé zone des Tissonvilliers, a été choisi par le laboratoire AAZ pour assembler et emballer le premier auto-test VIH fabriqué en Ile-de-France. Une reconnaissance pour l’Esat, qui s’est spécialisé dans les tâches ultra minutieuses pour des laboratoires.

Dans cette salle blanche, interdiction d’entrer sans blouse, chaussures spéciales, charlottes et protège-barbe. Le moindre grain de poussière est sur la sellette. Ici, on emballe des vernis à ongle. Un peu plus loin, on coupe des tubes chirurgicaux. Dans une troisième salle, on emballe les futurs auto-tests : des tests, à faire soi même, qui permettent de détecter le virus du Sida. Des auto-tests dont la “libération” symbolique a eu lieu jeudi, en présence du maire de Villiers-le-Bel, Jean-Louis Marsac, du PDG du laboratoire AAZ, le docteur Jospeh Coulloc’h, qui le commercialise, et d’élus du conseil départemental du Val-d’Oise (Emilie Ivandekics, vice-présidente déléguée au handicap) de la Région Ile-de-France, Jean-Luc Romero et Jean Spiri, élus ambassadeurs contre le Sida, et Farida Adlani, vice-présidente de la Région.

autotest-1

autotest-2

Dans les boîtes, assemblées par les salariés de l’Esat des Tissonvilliers, un test, une compresse, un pansement… En tout, une dizaine d’éléments, qui doivent être assemblés dans un ordre précis, dans des conditions de propreté précises, mais aussi selon une traçabilité précise. Rien n’est laissé au hasard. Pourtant, les 150 travailleurs de l’Esat ont tous la même particularité : ils sont en situation de handicap.
Mais leur sérieux a convaincu le laboratoire AAZ et la région Ile-de-France de confier cet important contrat à l’Esat des Tissonvilliers. «C’est une fierté que cette entreprise soit présente ici, à Villiers-le-Bel, s’enthousiasme le maire, Jean-Louis Marsac. Nous serons à vos côtés pour vous accompagner.» Grâce à l’Esat des Tissonvilliers, Villiers-le-Bel sera désormais «sur la carte des lieux où on agit contre le Sida», assure Jean-Luc Romero, élu ambassadeur “Pour une région sans Sida” : seuls deux sites au monde produisent ces auto-tests. Villiers est donc l’un d’entre eux.

autotest-3

autotest-4

autotest-8

Un beau projet sur lequel l’Esat travaille depuis deux ans. Et investit, en créant plusieurs salles blanches, un investissement conséquent pour l’établissement. Et en formant ses usagers. Des usagers légitimement fiers de leur travail (ils sont 12 à travailler sur les auto-tests). L’Esat fait la part belle au dialogue social. «On a une logique économique, mais aussi une logique sociale. Tous les jours, il y a l’écoute du matin. Pendant une minute trente, un encadrant rencontre chaque salarié pour qu’il lui exprime son humeur, explique Henri-Aurélien Chopinaud. Nous sommes dans l’inclusion.» Un ostéopathe vient chaque semaine masser les usagers. Un dentiste et une coiffeuse passent aussi régulièrement.

autotest-5

autotest-7

2 000 auto-tests vont être produits dans un premier temps. La Région Ile-de-France en a commandé 10 000, qui seront distribuées dans les associations notamment. Le laboratoire AAZ et l’Esat espèrent en commercialiser 28 000 au total.

autotest-6