Un job d’été, ça peut compter pour la retraite

Un communiqué de la CNAV - 5 Mai 2014

Un job d’été, c’est une première expérience professionnelle, un moyen de financer de futures vacances ou de payer ses frais d’inscription à l’Université mais c’est aussi l’occasion d’acquérir des trimestres pour sa retraite.

Le premier salaire perçu par les jeunes pendant leurs vacances d’été peut compter pour leur retraite. La cotisation vieillesse prélevée sur leur salaire permet d’ouvrir un compte à la Caisse nationale d’assurance vieillesse (Cnav).

Depuis le 1er janvier 2014, 150 heures payées au Smic * (soit 1 429,50 euros brut) permettent de valider un trimestre.

Deux situations s’offrent à un jeune salarié qui exerce pour la première fois un job d’été :

  • soit il connaît déjà son numéro de sécurité sociale via le régime des étudiants par exemple : il doit alors le communiquer à son employeur qui l’inscrit dans sa déclaration d’embauche et c’est sous ce numéro qu’un compte retraite sera ouvert ;

  • soit il ne connaît pas son numéro de sécurité sociale : l’employeur fait alors une demande d’identification à la Sécurité sociale via la déclaration d’embauche. Lorsque le numéro de sécurité sociale sera communiqué au salarié, celui-ci devra en informer tout autre futur employeur.

Dans les deux cas, le salaire soumis à cotisation vieillesse dans la limite du plafond de la Sécurité sociale est reporté sur le compte retraite du jeune salarié et permet la validation éventuelle d’un trimestre.

* Avant le 1er janvier 2014, 200 heures payées au Smic étaient nécessaires pour acquérir un trimestre.

À savoir

Un document d’information générale sur la retraite « Mon parcours professionnel, ma retraite » est envoyé aux jeunes actifs*.

Ce dispositif, issu du Droit à l’information sur la retraite, a pour objectif de sensibiliser les nouveaux assurés sur leurs droits à la retraite.

Retrouvez « Mon parcours professionnel, ma retraite » sur notre site www.lassuranceretraite.fr, espace « Assurés », rubrique « Documentation ».

* Document envoyé l’année qui suit la validation d’au moins 2 trimestres d’assurance.